Des visions du monde en conflit PDF Print E-mail

 La position humaniste

Notre société est grandement influencée par l’humanisme de philosophes français du XVIII ème siècle, tels que Voltaire et Rousseau. Pour eux, l’homme est naturellement bon et la nature humaine est perfectible.

De part cette influence, on ne considère plus aujourd’hui les voleurs, les violeurs et les meurtriers comme des criminels, mais comme des « victimes de la société », ayant besoin de traitement et de rééducation.

Le climat mondial actuel est un climat de « négociation » (compromis), d’ « unité » (conformité), d’ « amour » (acceptation passive du mal), et de « paix » (non résistance au terrorisme). Le pire, c’est qu’en raison de telles illusions, les terroristes peuvent être libérés, alors que les policiers sont emprisonnés ; les meurtriers sont acquittés alors que les soldats sont poursuivis ; certains hommes d’église et politiciens luttent pour abolir la peine de mort, et finalement sauver des meurtiers, alors que par ailleurs, ils plébiscitent l’avortement et condamnent ainsi des bébés innocents.

En ces temps de conciliation, la ligne d’action personnelle et publique ne semble malheureusement pas dictée par ce qui est juste, mais par ce qui est populaire. L’Afrique n’essaye même plus d’être en accord avec la Parole de Dieu. La Nouvelle Afrique du Sud a abandonné les principes bibliques et a épousé l’humanisme à un rythme effrayant.

Francis Schaeffer a défini l’humaniste comme « l’homme, se plaçant au centre de toutes choses, faisant de lui-même la mesure de toutes choses ».

Alexandre Soljenitsyne a décrit l’humanisme comme « l’autonomie de l’homme proclamée et pratiquée, par rapport à toute force supérieure au-dessus de lui ».

Selon la pensée humaniste, il n’existe pas de réelles frontières entre le bien et le mal.

Ainsi, le totalitarisme et les massacres de l’Est communiste, ainsi que la permissivité et la décadence de l’Ouest démocratique atteste de cet humanisme.

Les humanistes doivent aussi assumer la responsabilité de fléaux tels que l’avortement, la pornographie, la drogue, le Sida, et une hausse incontestable de la criminalité et de la perversion. Tout ça parce qu’ils ont rejeté la Loi de Dieu.

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Notre société a désespérément besoin de réformes bibliques, et nos Eglises, d’un réveil. Alors que les Réformés, les Puritains, les Huguenots et les Pèlerins étaient animés de courage et d’une fidélité sans compromis à la Parole de Dieu, notre génération est clairement caractérisée par la lâcheté, l’amour du plaisir et le compromis.

 

La position de la Réforme

La doctrine biblique de la perversion de la nature humaine - l’homme est pécheur par nature et incapable de plaire à Dieu - a conduit les Réformateurs à prendre une position opposée à celle des humanistes. Puisqu’ils croyaient que la nature humaine est fondamentalement mauvaise et égoïste, ils ont favorisé une forme de gouvernement établissant des lois strictes, et des punitions strictes pour les comportements criminels. Ainsi, le gouvernement doit être assez puissant pour réprimer les mauvaises pulsions des hommes pécheurs. Parce que le pouvoir corrompt, ils savaient qu’il était impossible de confier un pouvoir absolu aux dirigeants.

La solution prônée par les Réformateurs fut une république constitutionnelle - où la Loi gouverne - et non l’Utopie grecque de la démocratie - où l’homme gouverne. Ils se sont battus pour reconstruire leurs républiques sur les Lois inaltérables de la Parole de Dieu. A la place de dirigeants, ils ont élu des serviteurs profondément attachés à la constitution. Ils ont favorisé la décentralisation et ont ainsi érigé un système pour séparer le pouvoir en 3 branches: l’ exécutive, le législative et le judiciaire (Esaïe 33.22).

Connaissant la nature humaine, ils ont agi avec prudence face aux pouvoirs étrangers, et ont ainsi favorisé une force de dissuasion militaire pour préserver la liberté et la sécurité des habitants.

Les chrétiens croient que la Loi de Dieu, révélée dans Sa Parole, la Bible, contient les principes absolus et inaltérables selon lesquels tous les domaines de la vie doivent être régis. Les Lois de Dieu reflètent le caractère éternel et inaltérable de Dieu, et ne peuvent donc être ignorées.

Reconnaître que Dieu est Souverain, et l’homme pécheur, nous incite à appliquer Ses lois dans notre vie quotidienne, et à Lui obéir.

La foi est une réponse à la Vérité et a pour but de plaire à Dieu. A l’opposé, la religion humaniste essaie de manipuler Dieu ; elle est centrée sur l’homme et cherche une satisfaction personnelle.

La Bible affirme que Jésus domine sur toute chose(Colossiens 1. 15-17). « A l’Eternel la terre et ce qui la remplit » ( Psaume 24. 1, Segund).

Les chrétiens sont appelés à être le sel et la lumière du monde (Matthieu 5. 13-16), préservant ce qui est bon dans la société, et illuminant le monde par leur témoignage pour Christ. Le Seigneur nous a donné ce commandement : « Faites de toutes les nations des disciples… enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28. 19-20).

Nous ne pourrons rebâtir les murailles morales de nos sociétés qu’à travers une repentance nationale, un réveil et une réforme.

Le choix nous appartient.

C’est la Loi de Dieu ou le jugement de Dieu.

Le réveil ou le chaos.

« Si mon peuple, sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. » II Chroniques 7. 14

Dr Peter Hammond
Frontline Fellowship, P O Box 74, Newlands, 7725, Cape Town, South Africa
E-mail:  This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Traduit de l’anglais

Traduit de l’anglais

 

 

Principes Bibliques pour Afrique - Free PDF

Holocauste Au Rwanda - Free PDF book

Copyright © 2017. Frontline Fellowship. Powered by joomla
S5 Logo